Emily Wardill

When you fall into a Trance
(72 min, anglais sous-titré français)

24.02 — 20.03.16
Soirée de projection et discussion en présence de l’artiste mardi 23.02.16
ATTENTION PROJECTION AVANCÉE À 18h30, APÉRITIF dès 18h
Cinema Dynamo, 4e étage du Centre d'Art Contemporain. Entrée libre.

 

Rochelle Feinstein, Video WorksLe Cinema Dynamo est heureux de présenter When you fall into a Trance (courtesy carlier | gebauer), un long métrage de l’artiste anglaise Emily Wardill (*1977). Wardill propose tant des courts-métrages que des longs métrages, ses sujets de prédilection sont, entre autres, les histoires de fantômes, les troubles psychiques, la religion, l’art contemporain ainsi que la culture visuelle au sens large.

When you fall into a Trance fait partie d'une série de films de Wardill s’intéressant aux complexités inhérentes aux notions de communication et représentation, aux limites et imprécisions de la langue et au caractère individuel de l'imagination.

When you fall into a Trance dépeint les relations entre Dominique, un neuroscientifique, Simon, son patient, Tony, une nageuse synchronisée, et Hugo, un travailleur humanitaire. Simon souffre de la perte de sa proprioception, c’est à dire de la perception de la position des différentes parties du corps. Sa vision prend en conséquence un rôle essentiel dans la définition de son identité physique, s'il ne peut voir son corps, ses mouvements et gestes deviennent confus. Petit à petit, la fascination portée par Dominique envers la complexité du rapport corps-âme démontrée par le cas de Simon dépassent le cadre de son travail pour intégrer son quotidien.

Ce film place tant ses protagonistes que ses spectateurs dans une sorte d’orbite instable, dans laquelle d’une part les outils perceptifs de la vision, de l’emplacement ou du langage se voient brouillés, modifiés, superposés ou volent en éclats, et d‘autre part la transparence théorique de leur rôle dans la conscience de soi est remise en cause. En faisant lumière sur les subtilités des relations humaines, dans lesquelles le corps trahit les mots, ou le toucher et la musique détournent la mémoire, le film de Wardill est aussi sinistre que tendre.

Emily Wardill (b.1977) est une cinéaste et performer britannique. Son travail a été présenté entre autres à Art Basel, la Serpentine Gallery, Tate Britain ou à la Biennale de Venise. Ses films ont été projetés au International Film Festival Rotterdam, London Film Festival, Oberhausen International Short Film Festival, ou encore au Toronto International Film Festival.

Wardill présentera un nouveau film produit par le Centre en première lors de la Biennale de l’Image en Mouvement 2016.

DATES A NE PAS MANQUER

Projection en boucle du 24 février au 20 mars 2016.

Soirée de projection et discussion en présence de l’artiste 23.02.16.
ATTENTION PROJECTION AVANCÉE À 18h30, APÉRITIF dès 18h

Télécharger le dossier de presse

 

Chasse-spleen

etiquette-camensac