Olivier Ressler

17.12.2013

Oliver Ressler, “Leave it on the Ground”, 2013.
Oliver Ressler, “Leave it on the Ground”, 2013.

Des politiciens norvégiens ont récemment suggéré l’extraction de pétrole dans les eaux entourant les archipels de Lofoten, une zone vitale pour le renouvellement des espèces aquatiques et parmi l’une des plus importantes au monde. Le forage en eaux profondes aurait des effets imprévisibles sur les populations de poissons et l’une des eaux les plus propres de la planète. Avec pour arrière plan le paysage idyllique des archipels de Lofoten, Leave It in the Ground aborde la crise climatique non comme un problème technique et scientifique, mais comme un problème politique. Le film met en lumière la capacité des catastrophes écologiques et humanitaires- causées par le changement climatique - de renverser des régimes politiques (pas littéral – « old orders ») et de permettre des transformations sociales et politiques, aussi bien positives que négatives.

Le film est également accompagné de trois photographies évoquant le scénario d’un monde post-pétrole.

“The Plundering”, 2013
Vidéo, couleurs, son, 40’

La Géorgie est le 9e Etat sur 185 dans le classement de la Banque mondiale «Ease of Doing Business» sur les Etats dans lesquels des activités commerciales sont les plus faciles à entreprendre. Alors que «les biens communs accumulés durant les 70 années d’existence du régime communiste» (Rusudan Mirzikashvili, The Plundering) sont vendus, la situation instable d’une économie de marché libérale et la suppression des filets de sécurité sociale ont conduit la majorité des Géorgiens dans un état de pauvreté sans précédent.

The Plundering se concentre sur quatre cas de politiques de privatisation agressive de propriétés publiques à Tbilisi. A travers des entretiens, le film aborde la privatisation du système d’eaux de Tbilisi et de son marché populaire, le Dezerter Bazaar. Un mouvement, récemment formé, est parvenu à empêcher la vente de la National Scientific Library, et la destruction et la conversion en centre commerciale de Gudiashvili, une place historique au cœur de Tbilisi.

“Des objets d’importance stratégique ont été vendu au bénéfice de personnes proches du gouvernement”, Levan Asabashvili décrit ces processus de corruption systématique dans son film. Ces acheteurs sont généralement sous le couvert de sociétés offshore.

HORAIRES

Mardi 17 décembre de 11 à 18h,
au Cinéma Dynamo, 4e étage.