Archive


Biennale

La Biennale de l’Image en Mouvement fut fondée par André Iten en 1985. La manifestation s’appelait alors « Semaine Internationale de Vidéo». Il s’agit de l’une des plus anciennes manifestations de ce type en Europe. Depuis sa création, la Biennale de l’Image en Mouvement se veut une plateforme d’idées et d’art en arpentant les territoires imprécis des images en mouvement tout en tentant de donner du sens à cet extraordinaire foisonnement d’images qui a progressivement envahi l’ensemble de la création contemporaine.

Au cours de ses 30 années d’existence, la BIM a rassemblé le meilleur de l’art vidéo et présenté des œuvres de Bill Viola, Gary Hill, Steina et Woody Vasulka, Robert Filliou, Chris Marker, Guy Debord, Vito Acconci, William Wegman, Bruce Nauman, Chantal Akerman, Rebecca Horn, Jean-Luc Godard, Andy Warhol, Philippe Garrel, Nam June Paik, Laurie Anderson, Artavazd Pelechian, Harun Farocki, Matt Mullican, Anri Sala ou les Straub/Huillet, parmi des dizaines d’autres.

En 2009, le Centre reçoit pour mission, en plus de sa programmation, d’assurer la relève de la Biennale de l’Image en Mouvement, créée et gérée par le Centre pour l’Image Contemporaine de 1985 à 2007. Le Centre d’Art Contemporain Genève devient alors l’une des rares institutions à travers le monde à organiser une exposition internationale d’art contemporain de grande échelle.

Le Centre d’Art Contemporain Genève a relancé en 2014 une version entièrement repensée de la Biennale, forte de son histoire, tournée vers le futur et engagée envers une jeune génération d’artistes. Composée d’un large éventail d’installations multimédias, de films et documentaires habituellement présentés en salles de cinéma, ainsi que des performances, la Biennale de l’Image en Mouvement est un hybride unique en son genre d’un festival de cinéma, d’une constellation d’expositions en solo et d’un lieu de recherche et d’expérimentation. Avec ce format, les artistes sont invités à repousser les limites des médias traditionnels. L’originalité de la nouvelle BIM réside dans le fait qu’elle est constituée exclusivement d’œuvres nouvelles dont le Centre est à la fois le commanditaire et le producteur.


Biennale de l'Image en Mouvement 2018

Le projet imaginé pour l’édition 2018 explorera de manière singulière l’actualité de la création d’images en mouvement et notamment comment ces images continuent de vivre en-dehors de l’écran et trouvent leur prolongement dans un kaléidoscope fascinant où le regard peut être façonné par le dispositif. Un nouveau projet innovant gouverne cette seizième édition. Une exposition, conçue comme un vaste environnement immersif déployé sur près de 2000 mètres carrés, sera au cœur de la BIM, laquelle sera rythmée par un programme intense de premières de films, performances, rencontres et concerts.
Ainsi, cette édition de la BIM explore le statut de l’image en mouvement et son mode d’exposition. S’appuyant sur l’idée que le temps de la projection sur écran vit ses dernières heures et qu’elle sera remplacée par des environnements qui feront retentir l’écho du son de l’implosion des écrans. La Biennale de l’Image en Mouvement 2018 mettra l’accent sur le potentiel innovant de nouveaux langages adoptés par l’image en mouvement et engagera un dialogue avec toute une génération d’artistes de tous horizons.
Parmi les artistes présents, Meriem Bennani, Lawrence Abu Hamdan, Fatima Al Qadiri & Khalid Al Gharaballi, Korakrit Arunanondchai, Ian Cheng et Tamara Henderson réaliseront chacun-e une installation immersive commandée et produite par la Biennale de l’Image en Mouvement. Andreas Angelidakis a été invité à proposer un système qui liera les différentes installations.

Ligia Lewis présentera en avant-première sa nouvelle chorégraphie – dernier volet d’une trilogie –, co-produite par la Biennale et HAU Hebbel am Ufer (Berlin). La musicienne Elysia Crampton produira une nouvelle œuvre live et l’artiste Pan Daijing une performance sonore inédite.
Dix films et vidéos destinés à une projection en salle ont été commandés à Sarah Abu Abdallah, Neïl Beloufa, Irene Dionisio, Kahlil Joseph, James N. Kienitz Wilkins, Tobias Madison, Florent Meng, Bahar Noorizadeh, Eduardo Williams et Leslie Thornton & James Richards. Ces films et vidéos, produits par la Biennale, constituent un corpus extraordinaire d’œuvres nouvelles présentées en première au Centre d’Art Contemporain Genève et au cinéma Spoutnik à Genève, lors de l’inauguration, du 8 au 11 novembre 2018.
La Biennale s’accompagnera d’une série d’événements spéciaux avec notamment Nkisi, Ninos du Brasil et Angela Dimayuga. Le programme détaillé sera révélé à la rentrée 2018.
La Biennale de l’Image en Mouvement 2018 est organisée sous la direction artistique d’Andrea Lissoni, Senior Curator, conservateur du département « Film and International Art »de la Tate Modern et d’Andrea Bellini, directeur du Centre d’Art Contemporain Genève.


Biennale

Biennale de l'Image en Mouvement 2016

Sous la direction artistique d’Andrea Bellini (Directeur du Centre d’Art Contemporain Genève), en collaboration avec Cecilia Alemani (Curatrice et directrice de la High Line Art, New York), Caroline Bourgeois (Curatrice de la Fondation Pinault) et Elvira Dyangani Ose (Curatrice de la Göteborg International Biennial for Contemporary Art 2015), la Biennale de l’Image en Mouvement 2016 a compris 27 nouvelles œuvres produites pour l’occasion présentées pendant une semaine inaugurale du 9 au 13 novembre 2016, puis exposées jusqu’au 29 janvier 2017.

Cette édition de la Biennale a fait place à des positions différentes et convergentes parmi un groupe d’artistes. Boychild, Wu Tsang, Emilie Jouvet, Pauline Boudry & Renate Lorenz ou encore Phoebe Boswell questionnent les notions de genre, de corps féminin et de pouvoir, alors que d’autres, tels que Salomé Lamas, Karimah Ashadu, Bertille Bak, Hicham Berrada et Bodil Furu s’intéressent à l’exploitation des ressources humaines et naturelles à travers le monde. Ces projets soulignent les polarités de notre monde, au même titre que le documentaire de Yuri Ancarani sur les loisirs exubérants des qataris ou encore les recherches anthropologiques de Trisha Baga, Tracey Rose, Cally Spooner et Kerry Tribe. D’autres nouvelles œuvres de Sophia Al Maria, John M. Armleder & Stephan Eicher, Brian Bress, Loulou Cherinet, Massimo D’Anolfi & Martina Parenti, Alessio Di Zio, Jenna Hasse, Evangelia Kranioti, Cinthia Marcelle & Tiago Mata Machado, Boris Mitic et Emily Wardill ont également été produites pour l’occasion.

La BIM 2016 réunit un grand nombre de pratiques artistiques, telles que la vidéo, le son, la danse, la performance, l’installation et même le clubbing, agrandissant ainsi les champs de l’image en mouvement au delà du digital, auquel elle est souvent réduite aujourd’hui.

 Visiter le site

Biennale

Biennale de l'Image en Mouvement 2014

Le Centre d’Art Contemporain Genève a lancé en septembre 2014 la nouvelle Biennale de l’Image en Mouvement (BIM 2014), en étroite collaboration avec le Fonds d’art contemporain de la Ville de Genève (FMAC), le Fonds cantonal d’art contemporain (FCAC), la HEAD – Genève, le Museum of Old and New Art (MONA) (Tasmanie, Australie), Arthub Asia (Shanghai, Chine) et R4-Ile Seguin (Paris, France).

Sous la direction artistique d’Andrea Bellini (Directeur du Centre d’Art Contemporain Genève), Hans-Ulrich Obrist (Curateur et co-directeur de la Serpentine Gallery, Londres) et Yann Chateigné (Responsable du Département d’Arts Visuels à la Haute Ecole d’Art et de Design de Genève), la BIM 2014 présentera 22 nouvelles œuvres produites et commissionnées par le Centre d’Art Contemporain.

Visiter le 5e étage
L’espace digital du Centre d’Art Contemporain Genève
Visiter le 5e étage
L’espace digital du Centre d’Art Contemporain Genève
Votre panier