From Concrete to Liquid to Spoken Worlds to the Word

31.05 — 27.08.17

Vernissage: le 30 mai 2017, 18-21h

 

Conçu par Andrea Bellini avec la complicité de Mathieu Copeland et Karl Holmqvist, en collaboration avec Ambroise Barras, Vincent Barras, Carla Demierre, Invernomuto, One Gee in Fog (Ceel Mogami de Haas) et Steve Roggenbuck.

Avec Henri Chopin, D.A. Levy, Dom Sylvester Houedard, Karl Holmqvist, ainsi que Abstract Editions (David Quiles Guilló), Tomomi Adachi, Ed Atkins, Marc Adrian, Pierre Alferi, Fia Backström, Hannah Black, Contrat Maint (Françoise Goria et Pascal Poyet), Danielle Dean, Sebastian Dicenaire, Giovanni Fontana, Gilles Furtwängler, Jérôme Game, Michel Giroud, Sofia Le Fraga, Anne Le Troter, Héros Limite, Elizabeth Lebon, Chris Mann, Andrea Marioni, Becket Ming Flannery, Eileen Myles, Cia Rinne, Sébastien Roux, Marie-Luce Ruffieux, Julie Sas, Orion Scohy, Cally Spooner, Laura Vasquez.

Le Centre d’Art Contemporain Genève a le plaisir de présenter un grand projet consacré à la poésie contemporaine et aux rapports qu’elle entretient avec la culture visuelle de notre temps. L’objectif de ce parcours d’expositions est de montrer comment, au cours de ces dernières années, l’art contemporain s’est de nouveau intéressé au monde de la poésie et de la parole, écrite et parlée. Lectures et déclamations poétiques dans les musées, performances centrées sur le texte oralisé, vidéos dans lesquelles le langage poétique l’emporte sur la composante visuelle: l’art contemporain semble inondé par la parole, intimement lié à elle. Au moment précis où son destin semblait scellé dans le chaos d’une civilisation de l’image – en apparence – aphone, la parole suscite un intérêt renouvelé chez les jeunes artistes et le public.

En revenant à la poésie concrète des années 1960 et 1970 comme fondement de ce rapport parole-image, l’exposition rend compte de ce regain d’intérêt de l’art pour le mot, et montre de quelle façon l’acte poétique se transforme au contact d’internet et des réseaux sociaux. Le propos est de donner à voir comment l’art et la poésie interagissent et se transforment dans un monde toujours plus connecté, dans le contexte d’une communication constante et pour ainsi dire rhapsodique. Les «gestes poétiques» explorés ne sont pas des «œuvres poétiques» au sens classique du terme, ils regroupent des fragments de textes extraits de vidéos, de performances, de morceaux de musique, de citations et de phrases trouvées sur le web et les réseaux sociaux. Ces médias sociaux transforment l’expérience poétique en acte social quotidien, diffus, fragmentaire et non-hiérarchisé. Enfin, l’exposition révèle la volonté de jeunes artistes de ramener la parole numérique, en tant que composante «liquide», vers quelque chose de plus concret, de plus tangible. L’artiste allemand Karl Holmqvist, figure de la rencontre entre les milieux textuels et visuels, a été invité à concevoir un espace/plateforme où les mots seront mis en scène.

 

Henri Chopin, D.A. Levy et Dom Sylvester Houedard

Ce projet comprend la rétrospective d’une figure majeure des néo-avant-gardes historiques, pionnier de la poésie sonore et concrète, Henri Chopin (1922-2008), avec plus de 80 œuvres présentées au troisième étage: dactylopoèmes, audiopoèmes, films et une vaste collection de documents d’archive. Poète, peintre, réalisateur, éditeur indépendant et acteur de la vie culturelle, Chopin a eu recours, dès les années 1950, aux tout premiers systèmes d’enregistrement pour produire une série d’œuvres fondées sur la manipulation de la voix humaine. C’est avec grande fierté que le Centre présente la première exposition européenne de D.A. Levy (1942-1968), l’une des figures les plus mystérieuses et anticonformistes de la scène culturelle américaine, qui a mis fin à ses jours à l’âge de 26 ans. Personnalité radicale et insaisissable, Levy est considéré comme un poète du livre (a book artist): il a écrit de la poésie en ayant toujours à l’esprit l’«objet livre», au point d’être considéré comme le précurseur des zines, ces livrets originaux autoproduits en tirage limité, réalisés au moyen de photocopieuses rudimentaires. La troisième exposition personnelle à caractère historique est consacrée à une autre figure légendaire de la poésie concrète, l’Anglais Dom Sylvester Houédard (1924-1992). Prêtre bénédictin, théologien et agent secret de l’armée anglaise pendant la guerre, «dsh» fut non seulement un extraordinaire poète concret, mais aussi le théoricien d’une nouvelle approche de la spiritualité, de la philosophie et de l’art. Il a notamment travaillé avec Gustav Metzger, Yoko Ono et John Cage, parmi tant d’autres.

 

Spoken Worlds to the Word et dispositif de Karl Holmqvist

Si la première facette de cette exposition est consacrée à la poésie concrète – poésie qui joue sur les effets typographiques des mots sur la page – un second volet intitulé Spoken Worlds to the Word se déploie au deuxième étage dans un dipositif de Karl Holmqvist. Celui-ci accueillera un riche programme de performances et lectures de poèmes et textes littéraires par Karl Holmqvist, Fia Backström, Hannak Black, Sofia Le Fraga, Eileen Myles, Elizabeth Lebon, Orion Scohy, Laura Vazquez, Sebastain Dicenaire, Anne Le Troter, Cia Rinne, Tomomi Adachi ou encore Chris Mann.

Sur ce même étage, le projet I lick Chopin, proposé par le duo Invernomuto, est une sélection de production musicales, dont les paroles mettent à l’honneur le mot parlé et enregistré et qui s’inscrivent consciemment ou non, dans la lignée de Henri Chopin, avec entre autres Ben Patterson, King Tubby, Rp Boo, Dennis Tyfus, Halim El-Dabh, Rammelzee, Napalm Death ou encore PNL.

Le quatrième étage accueillera une proposition de chill out space proposé par Steve Roggenbuck, où le visiteur pourra découvrir la poésie dite «liquide» – cette poésie qui trouve sa place dans l’espace numérique, sur Youtube, Twitter, Facebok ou encore Tumblr.

Enfin une sélection de pièces sonores et visuelles sera proposée au Cinema Dynamo sous le titre Poetry for the eyes & cinema for the ears (poésie pour les yeux et cinéma pour les oreilles). Ce programme comprend la vidéo Happy Birthday de Ed Atkins, des cinépoèmes de Pierre Alferi, des pièces sonores d’Anne Le Troter et Cia Rinne, des extraits radiophoniques de Jérôme Game et les «poèmes du mois» de Laura Vasquez.

Ce vaste projet consacré aux formes contemporaines de la poésie a été conçu avec la complicité de Mathieu Copeland, Ambroise Barras, Vincent Barras, Carla Demierre, One Gee in Fog (Ceel Mogami de Haas), Gigiotto Del Vecchio et Steve Roggenbuck et se déploiera dans tous les espaces du Centre, des salles d’exposition au Cinema Dynamo, des bureaux des collaboratrices et collaborateurs à la librairie qui accueillera une sélection d’ouvrages consacrés à la poésie concrète, conceptuelle, post-internet.

Le projet From Concrete to Liquid to Spoken Worlds to the Word est produit par le Centre d’Art Contemporain Genève, sur une idée d’Andrea Bellini, qui assure le commissariat des expositions personnelles d’Henri Chopin, D. A. Levy et Dom Sylvester Houédard et codirige, en collaboration avec Mathieu Copeland, l’exposition du deuxième étage et les projets invités.

 

DATES À NE PAS MANQUER

Vernissage et inauguration: le 30 mai 2017, 18-21h

Exposition: 31.05 — 27.08.17

 

Télécharger le dossier de presse

 

 
Subventionné par la Ville de Genève